• Coco

    Lee Unkrich et Adrian Molina - 2017

    Voyage dans l'au-delà et la culture mexicaine...

    CocoIl y a longtemps au Mexique, un homme quitta sa femme Imelda et leur enfant pour tenter sa chance en tant que musicien, mais ne revint jamais. Pour assurer l'avenir se sa fille, l'épouse délaissée se mit à fabriquer des chaussures.

    De nos jours, le jeune Miguelito Rivera rêve de devenir un grand guitariste, comme  Ernesto de la Cruz, la "célébrité" du village. Mais comment faire lorsque la musique est interdite au sein de sa   famille ?

    En ce jour de Fête des morts, le jeune garçon voudrait bien participer à un concours de chant. Suite à une terrible dispute avec sa grand-mère, Miguelito s'enfuit.et "emprunte" la guitare accrochée dans le mausolée de son idole. Mais alors qu'il plaque un accord, il devient invisible aux yeux des vivants, et se retrouve sur le "pont" qui permet aux défunts de rejoindre leurs proches sur Terre...

    Coco est, à mon avis, l'un des plus "adultes" des films Pixar. Parler de la mort aux enfants n'est pas aisé, cette oeuvre y contribuera certainement, mais elle n'est visible qu'à partir de 8 ou 9 ans selon moi. Les plus jeunes risquent de ne pas comprendre l'histoire.

    Comme dans tout bon Disney-Pixar qui se respecte,  les traditionnels thèmes de la famille et de la poursuite de ses rêves sont abordés, mais à travers les pérégrination d'un jeune garçon égaré au "Pays des morts", nous avons également d'intéressants questionnement sur l'oubli des défunts, la trahison et même le... show-business !

    Car le "légendaire" Ernesto de la Cruz, aussi célèbre parmi les morts que parmi les vivants, a bâti sa carrière sur un acte pas très joli-joli que je vous laisse découvrir par vous même. Le scénario contient un "twist" très bien amené, et si le titre du film est en fait le nom d'un personnage secondaire, ce n'est pas sans raison... mais je ne vais pas "spolier".

    Je ne vous en dirais pas plus, sinon que la "cité des morts" est un mélange de la capitale précolombienne du Mexique et d'une ville moderne,que l'humour est bien sympathique, et que les personnages - les vivants comme les défunts - sont fouillés et offrent une psychologie intéressante. Et puis, nous avons les chansons - peu nombreuses mais entrainantes - et la découverte d'une fête populaire peu connue de par chez nous.

    CocoCoco

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Coco

    « Il y a 40 ans...Adieu, Isao Takahata »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :