• D'abord, un petit topo...

    Manga et animation japonaise en France.

    D'abord, un petit topo...Un peu de vocabulaire :

    "Manga : n.m. bande dessinée japonnaise." (Dictionnaire Hachette).

    Anime (prononcer "animé") : dessin animé nippon, que ce soit long-métrage, OAV ou série TV.

    OAV ou OVA : Original Animation Video : dessin animé produit uniquement pour le marché de la vidéo. Historiquement, ce sont des studios d'animation japonais qui lancèrent le concept, repris depuis par Disney (les "suites" d'ALADDIN, par exemple). Du point de vue de la qualité, ces OAV sont plus travaillées que les séries TV, mais moins que les long-metrages.

     

    Les débuts de l'animation et du manga en France.

    Confiné pendant longtemps au marché nippon, le manga est arrivé en Occident par le biais de l'animation : en effet, les japonnais s'étaient fait une spécialité des dessins animés fait "à la chaine", entraînant par là même un coût de production très bas et par conséquence un prix d'achat sur le marché mondial très réduit.

    Le résultat, c'est que dès la fin des années 60 et le début des années 70, sur nos D'abord, un petit topo...petits écrans déferlèrent des séries animées (adaptées de manga) : ainsi, LE ROI LEO ou HUTCHIE LA PETITE ABEILLE, qui arrivèrent via les émissions jeunesses de TF1 comme "Croque vacances" ou "Les visiteurs du mercredi". Dans le même temps, il est à déplorer que les studios d'animations français comme celui de Jean Image se virent contraint à fermer pour cause de manque de subvention. Le malheur des uns...

    Toute une génération de jeunes téléspectateurs grandit donc avec les aventures de GOLDORAK, CANDY et ALBATOR. Fascinés par ces histoires non manichéennes, ces personnages typés et parfois par cette vision orientale du bien et du mal, certains d'entre eux, débrouillards, n'attendirent pas l'arrivée d'Internet pour savoir d'où venaient ces DA de leur enfance : ils écumèrent les librairies japonnaises de Paris, s'inscrivirent à des cours de langue orientale, et parfois, devenus adultes, ils fondèrent leurs propres librairies ou maisons d'éditions de cassettes vidéo. C'est ainsi qu'à la fin des années 1980, des enfants de la "Génération Goldorak" devinrent des hommes et des femmes d'affaires, après avoir été des "geeks" avant la lettre.

    On s'apperçut très vite qu'une demande existait : la maison de production AB, connue pour avoir crée le "Club Dorothée", acheta alors des dessins animés "au kilomètre", parfois après visionnage d'un seul épisode. Ce qui entraina une polémique : en effet, si, chez nous, le DA est souvent cantoné aux enfants, au Japon, il existe des catégorie pour chaque âge, et certaines histoires ne sont nullement adaptées aux plus petits.

    Polémique :

    D'abord, un petit topo...Cela donna des erreurs de diffusion lamentables : ainsi, des anime comme KEN LE SURVIVANT côtoyèrent les BISOUNOURS dans l'émission de Dorothée, malgré une tentative maladroite d'édulcoration : jeux de mots stupides et coupure à la tronconneuse des scènes sanginolantes. Une polémique naquit alors, alimentée par les associations de parents et des pédopsychiatres : les DA nippons devinrent en France synonyme de violence, sexe et mauvais goût.

    Pour ne rien arranger, alors que le marché du manga était florissant, des petits malins profitèrent de l'occasion pour éditer des oeuvres érotiques, voire pornographiques, qu'ils achetaient à bas prix au Japon et revendaient avec une traduction aléatoire et sans aucune précaution préalable. Tout cela entraîna la production nippone dans son ensemble (manga et anime) dans un purgatoire d'où il lui fût difficile de sortir.

    Il fallût attendre la fin du "Club Dorothée", l'arrivée des chaines thématiques surD'abord, un petit topo... le cable, le satélite puis la TNT, et enfin la découverte par les cinéphiles des oeuvres de Miyazaki et Takahata pour que le DA et le manga retrouvent peu à peu leur place dans la culture française. Si aujourd'hui, il n'y a pratiquement plus de polémique, c'est sans doute parce que le marché à atteint sa maturité. Beaucoup de manga et d'anime actuellement vendus sont des oeuvres adultes qui sont assimilées comme telles.

     

     

    « Les Super Héros DisneyMucha 3 »

  • Commentaires

    1
    Burt
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 00:00

    Vraiment bien cet historique, Val. Je me souviens du Roi Léo, un très bon DA. A l'époque ou je l'ai vu, j'ignorais qu'il venait du Japon, ce sont de sacrées bonnes histoires. Le Roi Lion de Disney est-elle une copie du Roi Leo? Goldorak a fait couler beaucoup d'encre  lors de sa diffusion...

    2
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 00:19

    Moi aussi j'ai vu le Roi Leo dans mon enfance sans savoir que c'était un DA japonais. Pour le Roi lion, il y a eu une polémique à sa sortie car effectivement, certains aspects du dessin animé de Disney ressemblaient beaucoup au manga originel : par exemple, la silhouette du père de Simba qui apparait dans un nuage...Mais les studios Disney se sont toujours défendu d'avoir copié Osamu Tezuka, auteur du Roi Leo.

    Je ferais prochainement un post là-dessus. 

    3
    Burt
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 00:28

    A bientôt pour ce post, Val. Même s'il s'en défendent, les studios Disney ont du être bien inspirés par le Roi Leo de Osamu Tezuka. Cela dit, Le Roi Lion est un merveilleux dessin animé.

    4
    Mercredi 23 Janvier 2013 à 00:31

    C'est vrai, ce DA est une merveille ! C'est l'un  de mes préférés.

    5
    nicolas
    Mardi 21 Janvier 2014 à 21:08

    et qui se souvient du "prine saphir",diffusé les samedi aprés midi dans "la une est à vous",puis "restez donc avec nous",cette derniére émission était présenté par la pertubable denise fabre,le sérieux pierre douglas et bien sur..l,inénarrable garcimore et son célebre accent "décontrachté hi ! hi !"en 1997,un nouveau doublage,puis un nouveau générique ( "princesse saphir") pris place,commettant un immense sacrillége,que je ne digére (et ne digérerai) jamais !!!!!!!!!!!!!

    6
    Mardi 21 Janvier 2014 à 21:13

    Prince Saphire fut l'un de mes DA favoris quand j'étais enfant (même si je préférai Le Roi Léo).  Le fait que la "version 90" ait dénaturé le titre ne m'a pas donner envie d'acheter les coffrets DVD.

    7
    nicolas
    Mardi 21 Janvier 2014 à 21:16

    on est deux !!!!!!!!!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :