• Dans un recoin de ce monde

    Auteure : Fumiyo Kouno

    Type : tranche de vie - guerre - histoire.

    Nombre de volumes : 2

    Dans un recoin de ce mondeCe manga débute par trois petites mésaventures qui surviennent à l'héroïne durant son enfance vers 1934.  À première vue, elles sont sans rapport avec la suite, mais il s'avère qu'elles éclairent certains événements de l'histoire d'un jour nouveau.

    Décembre 1943. Suzu Urano, 19 ans, vit paisiblement avec sa famille dans un village près d'Hiroshima. Elle accepte la proposition de mariage de Shusaki Hojo et part vivre chez ses beaux-parents, à Kure, à une quarantaine de kilomètres de sa ville natale.

    Entre la découverte de sa vie maritale, les restrictions dûes à la guerre et l'inimitié de sa belle-sœur Keiko, la jeune femme trouve le temps de dessiner et de rêver en regardant les navires de guerres dans la rade du port. Mais la dure réalité ne va pas tarder à surgir, avec les avions américains qui commencent à bombarder la région.

    Certains diraient qu'il ne se passe rien dans ce manga, surtout dans le premier volume, mais ce n'est pas vrai, car à travers le regard de Suzu, c'est le quotidien d'une jeune japonaise durant la seconde guerre mondiale qui se déroule sous nos yeux, et nous rappelle que ce conflit fut aussi dur pour les civils que pour les militaires. Nous assistons ainsi à des "tranches de vie" entre petites contrariétés, débrouillardise et humour.

    Car notre héroïne est plutôt "tête en l'air" et maladroite, malgré sa bonne volonté et son inaltérable gentillesse. Ainsi, un épisode tragi-comique la confronte à l'autorité militaire car elle a fait l'erreur de dessiner les navires de guerre dans le port, chose qui s'apparente à de l'espionnage !

    Elle parvient sans peine à s'entendre avec ses beaux-parents et sa nièce Harumi, et le couple qu'elle forme avec Shusaki, bien qu'il s'agisse d'un mariage arrangé, devient vite pour elle un refuge malgré une découverte qui la perturbera un temps à propos du passé de son époux.

    On finit insensiblement par s'attacher à cette jeune femme sympathique et rêveuse, et lorsque, dans le second tome, la guerre fait vraiment irruption de manière brutale en la mutilant et en lui arrachant certains de ses proches, on souffre avec elle. Bien entendu, l'explosion de la bombe d'Hiroshima est évoquée, et cela va faire vaciller l'optimisme forcené de Suzu, mais la fin de l'histoire apporte un souffle bienvenu d'espérance quant à son futur d'épouse et de mère.

    Un mot sur le style graphique : À priori, le dessin de Fumiyo Kono est peu adapté à l'ambiance tragique du manga : les personnages sont "ronds", l'héroïne de 19 ans en parait bien cinq de moins (ce qui est sujet à deux ou trois gags dans le récit), mais son mari, censé avoir 22 ans, ressemble à un étudiant de 16 ans !

    En fait, ce "design" un peu déstabilisant fait penser à celui d'Osamu Tezuka à ses débuts,  ce qui est peut-être un hommage de la part de la dessinatrice. Toujours est-il que, passé un moment d'étonnement, j'ai accepté cet étrange décalage entre la forme et le fond.

    Dans un recoin de ce monde - Fumiyo Kouno - éditeur Kana (collection "Made In") - 2008

    « Adieu, Jacques FrantzMy broken Mariko »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :