• Goldorak (3ème partie)

    Adaptation et doublage

    Dans la première partie, nous parlions de l'arrivée tonitruante de GOLDORAK dans le paysage audiovisuel français. Mais il ne fait aucun doute que l'adaptation, mais aussi et surtout le doublage, ont été pour une grande part à l'origine de la célébrité de cet anime chez nous.

    En français, les personnages portent des noms en rapport avec l'espace : Rigel, Alcor, Procyon ou Mizar sont des étoiles, tandis que Vénusia emprunte son prénom à Vénus et que Aphélie et Nadir sont des termes d'astronomie.

    Quant aux "Golgoth", leur origine est... biblique : c'est une référence au "Mont Golgotha" sur lequel fut crucifié le Christ.

    Goldorak (3ème partie)C'est Michel Gatineau, directeur du doublage, et sa femme, la romancière Anne Gatineau, qui trouvèrent ces noms. Gatineau fut un acteur et doubleur de grand talent, la voix française de Michael Landon dans La Petite maison dans la Prairie et dans Les Routes du Paradis. Il doubla aussi Horst Tappert, alias L'Inspecteur Derrick. Dans GOLDORAK, il est le 'Professeur Procyon'.

    À ses côtés, Daniel Gall  est 'Actarus'. Il prêta sa voix à  Gary Cooper dans L'Extravagant Monsieur Deeds, à Terrence Hill dans T'as le bonjour de Trinita et dans La Colline des bottes, à Chuck Norris dans le premier doublage de La Fureur du Dragon  et à  Harvey Keitel dans Taxi driver.

    Pierre Guillermo, qui interprète 'Alcor', fut dans sa jeunesse la voix française du petit Joselito, avant de doubler Sal Minéo dans un épisode de Columbo.

    Jacques Ferrière ('Rigel') doubla Ned Beaty dans Les Hommes du président, James Belushi dans Le Solitaire et Jumpin'Jack Flash, George Dzundza dans Une défense canon et Chasseur blanc, coeur noir. Il a aussi été la voix de Patrick Wayne dans Alamo, L.Q. Jones dans Pendez-les haut et court, Bo Hopkins dans La Horde sauvage.

    Goldorak (3ème partie)Jane Val ('Vénusia') participa au doublage de James Bond contre docteur No, avant d'être la voix de Michelle Nichols dans Star Trek : La colère de Khan puis d'Estelle Getty dans Arrête, ou ma mère va tirer. Elle a aussi été 'Raquel Ochmonek' dans Alf, mais son nom est surtout associé à  'Nelly Oleson' dans La Petite maison dans la prairie.

    Marcelle Lajeunesse est 'Mizar', le jeune frère de Vénusia. L'actrice a doublé Marilyn Monroe dans quelques films, Rosana Podesta dans les péplums L'Esclave de Rome et Seul contre Rome ; elle fut la voix française d'Audrey Hepburn dans Charade et d'Ali MacGraw dans Goodbye, Colombus. On entend son timbre juvénile dans la série La Petite Maison dans la prairie ('Andy Garvey', c'est elle !) et dans des épisodes de Candy Candy.

    Marc de Georgi est la voix grave d''Hydargos'. Il doubla Brian Denehy dans Rambo, Lee Major dans L'Homme qui tombe à pic, Robert Redford dans Butch Cassidy et Sundance Kid, David Carradine dans kung Fu.

    Parmi les seconds rôles, on reconnais aussi des  "pointures" comme Henry Djanick (Kojak), Claude Bertrand (John Wayne), Philippe Dumat (Alec Guiness, alias "Obi Wan Kennobi" dans la première trilogie de Star Wars).

    Toutes ces voix restent dans les mémoires : qui ne se souvient pas de la pondération du Professeur Procyon, des envolées lyriques d'Actarus ou des réparties d'Alcor ? Quant à Rigel, son "Do you speak martien ?" est devenu culte !

    Si la série GOLDORAK a fait couler beaucoup d'encre et causé l'inquiétude de nombre de pédopsychiatres et de parents, elle est aujourd'hui devenue la "Madeleine de Proust" des enfants de la télé des seventies. Son côté "sulfureux" s'est atténué avec le temps, et, en revoyant récemment certains épisodes, je me suis étonnée des grosses erreurs scénaristiques et des scènes d'action parfois surréalistes. Mais le plaisir de retrouver des personnages aussi charismatiques rend incontestablement nostalgique.

    Au début des années 2000, le robot géant fut mêlé une fois encore à une polémique, cette fois dans le domaine commercial : un petit éditeur vidéo français mis la main sur des enregistrements de la série, et les proposa en DVD sans l'accord de la firme japonaise "Toeï", détentrice des droits de GOLDORAK. S'ensuivit un procès qui fit du bruit dans le milieu de l'animation et du manga.

    Après avoir gagné, "ToeÏ" s'associa avec Dynamic Vision, une grosse société nippone, et proposa enfin chez nous les coffrets de la série, non sensurée et dotée des génériques originaux japonais.

    Goldorak (3ème partie)

     

     

     

    Anecdote : les génériques de GOLDORAK sont, en version originale, très "martiaux". Ils furent adaptés en français par Pierre Delanoë et chanté par Enrique Fort, mais seront très vite remplacés par d'autres chansons, écrites par P. Delanoë et composées par Pascal Auriat, chantées par Noam.

    Notes personnelles : étant de la "génération Goldorak", je n'ai pas eu vraiment d'atomes crochus avec cette série, même si je la regardais régulièrement. Dans le sillage de GOLDORAK, il y a eu ALBATOR, LA BATAILLE DES PLANèTES et CAPITAINE FLAM. Nous, les filles, on a du se contenter de CANDY CANDY durant des années avant l'arrivée d'autres héroïnes comme SANDY JONQUILLE, PRINCESSE SARA ou POLLYANNA. Mais 'Vénusia' et 'Phénicia', les deux personnages féminins de GOLDORAK, ont certainement marqué les esprits féminins et... masculins !

    « Goldorak (2ème partie)Lucky Luke : 70 ans qu'il parcourt l'Ouest ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :