• Le Voyage de Chihiro

    Hayao Miyazaki - 2001

    Le Voyage de ChihiroLa petite Chihiro et ses parents se rendent dans leur nouvelle maison lorsque le père se trompe de chemin. Arrivés dans un curieux village qui parait abandonné, la famille découvre un restaurant où des plats succulents semblent les attendre. Affamés,les parents se jettent sur la nourriture et ne tardent pas à se transformer en cochons.

    Alors que Chihiro, terrorisée, erre dans le village, la nuit tombe et de curieuses silhouettes apparaissent autour d'elle...  C'est en rencontrant Haku, un mystérieux garçon de son âge, que la jeune fille va commencer à reprendre confiance en elle.

    Le Voyage de Chihiro est un des chefs-d'oeuvre de Hayao Miyazaki. Mélange d'Alice aux pays des merveilles et du folklore japonais, c'est un récit initiatique où une enfant gâtée doit apprendre à travailler, à se montrer altruiste et à prendre des décisions seule pour échapper à un monde qui n'est pas le sien.

    Les personnages et les actions sont souvent symboliques, dans ce film : ainsi, lorsque Yubaba la sorcière "vole" le prénom de Chihiro, lui substituant celui de Sen, on a affaire à une magie séculaire : quiconque connait le vrai nom d'une personne possède des pouvoirs sur elle. Dans le même genre d'idée, Chihiro va "délivrer" Haku en lui rappelant sa vraie nature.

    L'établissement de bains dans lequel Chihiro travaille est donc géré par Yubaba la sorcière et accueille les "kami" du folklore japonais. Mais ce monde est régit par les mêmes lois et connait les mêmes problèmes que celui des humains, par exemple, notre héroïne va - sans le savoir - introduire dans le bâtiment le "sans-visage", curieux spectre qui va se prendre d'amitié pour elle, mais qui personnifie la cupidité : ainsi, il va appâter les employés avec des pépites d'or et en dévorer quelques uns.

    Autre visiteur non désiré, le kami d'une rivière rendue boueuse par l'accumulation d'objets hétéroclites que les hommes y ont jeté depuis des années. C'est Chihiro qui va réussir à le libérer. Notre ami Miyazaki donne ainsi une leçon de civisme et d'écologie sans sombrer dans le discours moralisateur.

    Le Voyage de ChihiroLe film est riche en péripéties et profond dans son symbolisme. Vous l'aurez compris, il n'est nullement manichéen - aucun personnage n'est bon ou mauvais, même le "sans-visage" n'agit que poussé par sa nature profonde et non par désir de faire le mal. Yubaba pourrait éventuellement paraître "mauvaise", mais ses actions sont gouvernées par une vieille rivalité envers sa soeur jumelle et surtout son amour immodéré pour son "bébé" géant et aussi gâté que ne l'était Chihiro au début du film : le réalisateur a-t-il voulu ainsi fustiger la mode de "L'enfant-roi" ?

    Plein de magie, d'humour et de poésie, Le Voyage de Chihiro est, à mon avis, à ranger dans les contes philosophiques à côté du Petit Prince de Saint-Exupéry, en ce sens qu'il faut le relire - pardon, le revoir - plusieurs fois pour en savourer le sens.

    Le Voyage de ChihiroLe Voyage de Chihiro

     

     

     

     

     

     

     

    Note : un "kami" est un esprit de la Nature dans le folklore japonais.  Le célèbre Totoro, par exemple, est un kami.

    « Meilleurs voeux à tous !La Princesse et la grenouille »

  • Commentaires

    1
    Evy
    Vendredi 9 Janvier 2015 à 11:02

    Superbe chronique pour un chef-d’œuvre.

    2
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 01:17

    J'ai adoré ce film mais paradoxalement c'est le seul Miyazaki que j'ai vu. Il faut que je me le refasse et que je fasse au moins Princesse Monnoke, Totoro et Porco Rosso par la même occasion

    3
    Vendredi 31 Juillet 2015 à 18:45

    Ce film est juste parfait!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :