• Lucky Luke : 70 ans qu'il parcourt l'Ouest !

    Un héros qui n'en finit pas de revenir, pour notre plus grand plaisir...

    Lucky Luke : 70 ans qu'il parcours l'Ouest !

    En 1946, Maurice de Bevere, dit Morris, dessinateur chez Dupuis, crée un cowboy pour les besoins d'un hors-série du journal Spirou. Lucky Luke commence sa cavalcade, mais il faut attendre 1949 pour qu'un premier album ne voit le jour.

    Entre-temps, en 1948, Morris, Franquin et Jijé font un voyage aux États-Unis. Si les deux derniers retournent en Europe un an après, Morris, quant à lui, trouve du travail comme illustrateur dans différents journaux New Yorkais. C'est là qu'il fera deux rencontres marquantes : d'abord l'équipe iconoclaste du magazine "Mad", auprès de qui il va découvrir les bienfaits de la parodie, puis René Gosciny, employé alors dans une entreprise américaine de cartes postales faites main.

    À cette époque, le dessinateur a déjà mis en scène Lucky Luke dans un premier album ("La mine d'or de Dick Digger"), dont il a envoyé les planches à Dupuis. Mais les aventures du cowboy sont assez "plan-plan". Jijé, qui est en train de travailler à l'élaboration d'un dessin animé, a pris Gosciny comme scénariste et le présente à son ami, qui est séduit par ses talents d'écriture.

    Comme le projet de dessin animé tombe à l'eau, Morris et Gosciny s'associent sur la série Lucky Luke. Tout deux ont le même goût pour l'humour "Mad", le cinéma américain et l'histoire. Les aventures du cowboy vont s'en trouver changées : ainsi, c'est Gosciny qui invente la fameuse vignette finale ("I'm a poor lonesone cowboy") à partir de l'album "Des rails sur la prairie".

    Lucky Luke : 70 ans qu'il parcours l'Ouest !Il va aussi entourer notre héros d'une galerie de personnages comiques, comme un blanchisseur chinois, un "old-timer" sur son fauteuil roulant, un croque-mort cadavérique et un shérif généralement ventripotent et poltron. Mais c'est en 1957 qu'apparaissent ceux sans qui notre personnage ne serait pas un justicier à part entière : les cousins Dalton (Joe, Jack, William et Averell), inventés car, dans un album précédent, Luke avait fait passer de vie à trépas les Dalton véritables, ce qui entrainera une avalanche de courrier de lecteurs qui les avaient appréciés.

    Deux ans après les Dalton, c'est un autre "crétin de l'Ouest" qui va poser sa papatte dans l'univers de Lucky Luke : Ran Tan Plan, réponse humoristique au légendaire Rin Tin Tin du cinéma et de la télévision, commence ses bourdes dans l'album "Sur la piste des Dalton" en 59.

    À la fin des années 60, Morris - qui est revenu en Belgique - quitte Dupuis pour Dargaud, et les planches de Lucky Luke passent de Spirou à Pilote, alors dirigé par Gosciny. C'est à ce moment que les ventes d'albums du "lonesone cowboy" explosent. Le changement d'éditeur permet au scénariste de se "lâcher" un peu plus dans des thème sous-jacents comme la spoliation des Indiens durant la conquête de l'Ouest ("Canyon Apache"), l'image ambigüe des héros traditionnels de western ("Chasseur de primes") ou même la psychanalyse ("La guérison des Dalton").

    Mais au bout de cinq ans, estimant que les lecteurs de Pilote ne sont plus les mêmes, Morris et Gosciny prennent la décision de retirer Lucky Luke de ses pages. La série va alors passer par le journal de Tintin et Spirou, et sera même publié dans Le Nouvel Observateur ou Paris Match. Dargaud va lancer le journal Lucky Luke en 1974 qui ne durera qu'un an et 12 numéros.

    Mais notre cowboy a déjà colonisé un autre univers, celui du cinéma : en 1971 est sortit un premier long-métrage animé, Lucky Luke : Daisy Town, scénarisé par Gosciny avec un "storyboard" de Morris et la collaboration de Pierre Tchernia. Il sera suivi en 1978 par La Ballade des Dalton, co-réalisé par les mêmes. Mais c'est lors de la préparation de ce film que, le 5 novembre 1977, Gosciny meurt d'une crise cardiaque.

    Lucky Luke : 70 ans qu'il parcours l'Ouest !Morris va alors faire appel à d'autres scénaristes, sans retrouver le niveau d'humour de son vieux complice. En parallèle, les éditions Dargaud publient des histoires courtes de Lucky Luke scénarisées par Bob de Groot, Greg ou Vicq. Le dessinateur estime de son côté que Jean Léturgie et Xavier Fauche, qui écrivent les aventures du cowboy dans les années 80, sont les plus proches de Gosciny en matière d'humour. Leur collaboration prend fin de manière douloureuse, avec un procès opposant le dessinateur et les scénaristes.

    Entre temps, les studios américains Hanna-Barbera produisent en 1984 un long-métrage animé (Les Dalton en cavale) et une série télévisée de 26 épisodes, qui, si elle connaitra le succès en Europe, sera un "flop" outre-Atlantique. Pour coller au "politiquement correct" américain, les minorités (chinois, mexicains, noirs), sont absents de la série. C'est à cette époque, d'ailleurs, que Lucky Luke abandonne la cigarette au profit d'un brin d'herbe.

    La série sera reprise par IDDH en 1991, avec un budget plus modeste qui s'en ressent sur la qualité. Pendant ce temps-là, l'édition papier quitte Dargaud pour Lucky Productions, fondée par Morris, son épouse et des amis. Plus tard, une autre société, Lucky Licencing, est créée pour gérer la production de produits dérivés.

    Ran Tan Plan aussi a droit à propre série dérivée, dont le succès entraine la création de Kid Lucky, contant la jeunesse de notre héros, mais qui n'aura que deux albums, Morris estimant que la licence se diversifie trop. Lucky Productions s'associe à Dargaud pour créée Lucky Comics, réunissant tous les albums depuis le premier, ainsi que les aventures de Ran Tan Plan.

    Morris disparait en 2001, et la série est alors reprise par Achdé (dessins) et Laurent Gerrat (scénario) pour des albums qui seront estampillés "Les aventures de Lucky Luke d'après Morris". Deux autres scénaristes, Daniel Pennac et Tonino Benacquista seront mis à contribution en alternance avec l'humoriste.

    La même année 2001, la société française Xilam produit Les nouvelles aventures de Lucky Luke, une série animée de 52 épisodes aux scénarios complétement originaux mais où le style graphique du dessinateur et l'esprit de Gosciny sont gardés. Cette série (à mes yeux la meilleure de toutes) modernise le personnage (doublé par Antoine de Caune). Le succès est au rendez-vous et entraine la création d'un long-métrage d'animation, Tous à l'Ouest (Olivier Jean-Marie - 2007), mais qui malgré les voix de Lambert Wilson et Clovis Cornillac et un certain nombre d'entrées en salles, aura un succès mitigé.

    Lucky Luke : 70 ans qu'il parcours l'Ouest !Xilam va continuer à s'inspirer de l'univers de Morris avec deux séries dérivées, Ran Tan Plan (2006) où le chien est la vedette d'épisodes de 2 minutes complétement déjantés, et Les Dalton (2010), où la célèbre fratrie cherche continuellement à s'évader d'un pénitencier.

    En 2011, Lucky Comics reprend le personnage de Kid Lucky sous le titre "Les aventures de Kid Lucky d'après Morris", avec Achdé au scénario et aux dessins.

    En septembre 2015 est annoncé un prochain album de Lucky Luke qui sortira en novembre 2016 et sera scénarisé par Jul, créateur de "Silex and the City". Achdé sera toujours aux crayons.

    Depuis 1946, rien ne semble arrêter la cavalcade de Luke le chanceux...

    Lucky Luke : 70 ans qu'il parcours l'Ouest !

     

    « Goldorak (3ème partie)Adieu à Joe Alaskey »

  • Commentaires

    1
    Tifanny
    Vendredi 23 Septembre 2016 à 16:54
    Salut. Je suis fan de Lucky Luke, j’ai donc hâte de découvrir le nouvel album. Pour patienter, je regarde les épisodes du dessin animé sur cette application éducative pour enfants : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.dve.badabim&hl=fr (oui, j’ai gardé mon âme d’enfant). Je précise aussi que les adaptations cinématographiques de Lucky Luke m’ont également beaucoup plu.
    2
    Vendredi 23 Septembre 2016 à 17:24

    Bonjour, Tifanny et bienvenue sur mon blog !

    Moi aussi j'aime beaucoup Lucky Luke, mais je préfère de loin la "période Morris/Gosciny", qui est la meilleure pour moi.

    Pour ce qui est des adaptations, les films avec Terrence Hill ou Jean Dujardin m'ont déçue, par contre les DA "Daisy Town" et "La Ballade des Dalton" sont des réussites.

    Quant aux séries animées, elles sont de qualité inégales mais plutôt sympathiques.

    3
    Tifanny
    Mardi 4 Octobre 2016 à 17:49

    Merci ! Je trouve qu’on n’a pas mal de points en communs. Daisy Town est plutôt pas mal. À bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :