• Wanted Lucky Luke

    Scénario, dessin et couleurs : Matthieu Bonhomme.

    Édition Lucky Comics. 2021

    Patchwork de références.

    Wanted Lucky LukeLa vie d'un "poor lonesone cowboy" est parfois pleine de surprises... Après avoir échappé à un mystérieux tireur, Lucky Luke tombe sur trois jeunes femmes attaquées par les Indiens de Patronimo. Ayant fait fuir les Apaches, notre héros se retrouve soudain devant le fusil de l'une des demoiselles : en effet, une affiche "Wanted" à son nom circule dans la région.

    Néanmoins, il parvient à les convaincre que lui seul peut les mener jusqu'à la ville de Liberty afin de vendre leur bétail. Mais la route va être longue, pleine de rebondissements et les trois donzelles ont des projets bien arrêtés à propos de notre cowboy solitaire...

    Il y a quelques années, j'avais chroniqué L'Homme qui tua Lucky Luke (lien ici), un premier album que Matthieu Bonhomme avait dédié à Lucky Luke. Si je n'avais pas été emballée à l'époque par cette version plus "adulte" de l'univers de Morris et Gosciny, une récente relecture de cette BD m'a quelque peu fait changer d'avis.

    Mais je digresse... Ce présent album est, comme le précédent, bourré de références, non seulement à la saga Lucky Luke, mais aussi au western dans son ensemble : ainsi, les fans du genre pourront relever avec délice les clins d'œil à Convoi de femmes, Johnny Guitare, L'Homme des vallées perdues entre autres.

    Pour ce qui est de l'univers de notre cowboy, nous retrouvons Patronimo le temps de deux séquences, mais également... Phil Defer ! En fait, il s'agit de son fils Brad Defer (charmant jeu de mot), sosie de son défunt papa, qui va, dans un moment dramatique, être à deux doigts de mutiler notre héros, scène rappelant là encore nombre de scènes semblables dans des westerns. Anecdote amusante, Phil Defer comme Patronimo étaient, sous la plume de Morris, des caricatures de l'acteur Jack Palance !

    Nous avons aussi droit à l'apparition de la bande de Joss Jamon au complet, à laquelle s'est joint un cousin des fameux Dalton, au nom très poétique de... Dickhead ("Tête de nœud" !).

    Comme pour le précédent album de Bonhomme, l'ambiance est très adulte et dramatique, comme en témoigne cette -longue - scène où, prisonnières de la bande de Joss Jamon, les trois jeunes femmes sont forcées à amuser les bandits par le chant et la dance. Nous sommes ici plus proches d'un Homme de l'Ouest que d'un Daisy Town !

    Pour résumer, Wanted Lucky Luke est un bon petit western sur papier, très copieux (68 pages !), mettant en scène le héros de notre enfance dans un passionnant patchwork de références. Une bonne surprise pour moi, en tout cas.

    Wanted Lucky Luke

    « My broken Mariko

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :